L’amour à l’épreuve de la vieillesse – Régis Schlagdenhauffen

Depuis quelques années, la question de l’amour à l’épreuve de la vieillesse suscite de plus en plus d’intérêt. Celui-ci est lié à l’augmentation de l’espérance de vie en bonne santé tout comme aux transformations globales de la société. Les dernières enquêtes réalisées ne sont pas en reste puisqu’elles indiquent une augmentation de la qualité, mais aussi, malgré tout de la quantité des expériences sexuelles chez les personnes âgées par rapport aux générations antérieures. D’autres travaux montrent une transformation des pratiques de l’amour[1] qui remettent en cause la vision d’une sexualité humaine seule centrée sur le coït[2]. Désormais la sexualité non-pénétrative n’est plus vécue comme une sexualité par défaut.

Plus en encore, des études anglo-saxonnes portant sur l’abandon de la sexualité chez les personnes âgées montrent qu’il est moins corrélé à des paramètres d’ordre physiologiques qu’à des paramètres d’ordre psychique et sociaux. Même si avec l’âge des dysfonctions érectiles apparaissent chez l’homme ou des sécheresses vaginales chez la femme – liées en partie à l’hypertension, le diabète ou à d’autres pathologies encore [3]–, le retrait de la sexualité est avant tout lié à une injonction socio-culturelle à l’abandon. En effet, selon certains auteurs, d’un point de vue psycho-physiologique, les sexualités féminines et masculines s’amélioreraient même avec l’âge[4]. Sachant cela, c’est bien la piste d’une construction sociale de l’abandon de la sexualité qu’il conviendrait de creuser.


Par Régis Schlagdenhauffen, 17 juillet 2018

Droits d’auteur

© Tous droits réservés : Humanuscrit – 2018.


[1] Michel Bozon, Pratique de l’amour, Paris, Payot, 2017.
[2] Michel Bozon et Henri Leridon, « Les constructions sociales de la sexualité », Population, 5, 1993, p. 1173-96.
[3] Lorraine Dennerstein, et al., « Hypoactive sexual desire disorder in menopausal women: a survey of Western European women », Journal of sexual medicine, 3 (2), 2006, p. 212-22.
[4] Nadia Kadri, et al., « Sexual dysfunction in women: Population based epidemiological study », Archives of women mental health, 5 (2), 2002, p. 59-63 ; Edward O. Laumann, et al., « Sexual dysfunction among older adults : prevalence and risk factors from a nationally representative U.S sample of men and women 57-85 years of age », Journal of sexual medicine, 5 (10), 2008, p. 2300-11 ; Nils Beckman, et al., « Secular trends in self-reported sexual activity and satisfaction in Swedish 70 years olds : cross sectional survey of four populations, 1971-2001 », British medical journal, 337 :a279, 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *