L’amour à l’épreuve de la vieillesse – Régis Schlagdenhauffen

L’amour dans le couple vieillissant

Annick a 71 ans ½, elle est mariée depuis 45 ans avec son époux qui a 4 ans de plus qu’elle. De cette union sont nés deux fils qui ont désormais fondé leur propre famille. Après lui avoir posé la question « on dit généralement que les hommes et les femmes ont un rapport différent à la sexualité, qu’en pensez-vous ? », Annick répondit,

« En vieillissant, je pense qu’on est beaucoup plus dans la tendresse, maintenant, que dans le rapport physique. Mais ce n’est pas désagréable ».

Et ça se passe comment, ce changement ?

« Par obligation. Moi, ce n’est pas par plaisir que nos relations sexuelles aient été en baisse. Je pense aussi que nos maris ont beaucoup plus des problèmes d’hypertension et tout ça, et que finalement, ils n’ont plus d’érection. Ça modifie les rapports, forcément. Ce n’est pas que je tiens seulement à l’érection, tout le reste on peut encore, mais il y’a des choses qu’on ne peut plus.

Et ce que vous ne pouvez plus, vous l’avez mal vécu ?

« Ah oui ! À un moment, ça me frustrait. Tout-à-fait. »

Et comment vous avez géré ça ?

« Je me suis débrouillée. »

Parce que quand les situations sont frustrantes, il faut trouver des solutions pour ne pas trop en souffrir.

« J’ai essayé de le stimuler, j’ai essayé de me débrouiller par la masturbation ou par autre chose, quoi. Par des solutions personnelles. Y’a pas de choix ! Ou on se retrouve… Je pense que certains médicaments tuent le désir, quand même.

Mais le problème, c’est ça. Finalement, ils sont bêta-bloqué ! et donc à partir du moment où il n’y a pas de désir, il n’a pas envie d’aller voir le médecin pour faire quelque chose pour. Il a essayé des trucs, le Viagra, c’était la mode. Mais ça ne le satisfaisait pas du tout.

Enfin, ça, c’est le problème des… Moi, j’ai eu du mal à ce moment-là, parce que je trouve que justement, la ménopause étant plutôt libératrice, aussi l’avancée de la vie, pour nous, les femmes, et puis tout ce qu’on a dit au sujet du désir des femmes, ça faisait que, après tout, pourquoi pas continuer ? Mais bon… J’avais pas envie de continuer ailleurs, je ne suis pas non plus passée aux sex-toys et tout ça…

Autour de quarante-cinq, cinquante, on était vraiment en crise. Mais bon… On a écrit, on avait un cahier où on écrivait les choses qui allaient, qui n’allaient pas… L’essentiel c’est qu’on avait vraiment envie de communiquer. »

 

La communication semble être un des moteurs du maintien de la vie conjugale par-delà ses hauts et ses bas. Aussi, comme nous allons le voir, l’absence de communication ou la fin de la communication à l’intérieur du couple constitue un des éléments pouvant conduire à la rupture. Cette modalité va être explorée dans le témoignage suivant.

 


Par Régis Schlagdenhauffen, 17 juillet 2018

Droits d’auteur

© Tous droits réservés : Humanuscrit – 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *