Naître que femme et n’être que femme : LES MODES D’AGRESSION – Cédrel HAROUN BECKER

Damien Hirst - Psalm Print Ad te Domine l

Damien Hirst – Psalm Print Ad te Domine

Parallèlement à une histoire agitée et une société fortement répressive, le domaine familial en miroir, en écho, est lui aussi entaché de violences. Mais,

[…] il convient de remarquer qu’en français le singulier « violence » conserve le sens d’une disposition mentale assez générale alors que le pluriel « les violences » correspond au contraire à des attitudes comportementales, à proprement parler agressive, […], mettant en cause tout autant les objets qui subissent les violences que les sujets qui les exercent. Quand on parle des « femmes battues » ou des « enfants martyrs » on s’intéresse, […] beaucoup plus au vécu de l’objet des violences qu’aux dispositions mentales propres à l’agresseur.1

Or, dans les romans, de nombreux agresseurs sont à l’œuvre et l’éventail des différents types d’agression subis par certains des personnages, généralement des femmes et des enfants, est pratiqué par des hommes adultes, ayant la responsabilité de père ou d’époux, devant Dieu et devant leur société. L’objectif avéré des violences familiales est d’asseoir un pouvoir paternel, parfois en compensation d’un pouvoir déficient sur le plan professionnel ou/et social. Cependant, le poids de la culture et des institutions judiciaires, laïques et religieuses, autorisent tous les débordements possibles.

De ce fait, les violences s’étalent impunément à toutes les relations de la vie familiale puisque les lois civiles ne les interdisent pas. Culturellement, les droits des hommes sont inébranlables et, dans les romans, leur pouvoir écrase toute personne supposée détenir un statut social inférieur : femmes, garçons et filles, voisins, employés et ouvriers ainsi que les croyants des autres communautés religieuses.

Chapitre I : La violence tolérée

Chapitre II : La violence verbale

Chapitre III : La violence physique


Par Cédrel HAROUN BECKER, le 18 mars 2016.

Droits d’auteur

© Tous droits réservés : Humanuscrit – 2016.

 


 

1 Jean Bergeret, La Violence fondamentale, Paris, Dunot, 1996, p.8-9.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *